L'EVALUATION PSYCHOPEDAGOGIQUE

POURQUOI UNE EVALUATION ?

A QUI S'ADRESSE L'EVALUATION PSYCHOPEDAGOGIQUE ?

Nous préconisons la pratique d'une évaluation psychopédagogique à tout enfant ou adolescent présentatnt des difficultés ou des troubles des apprentissages. Comment se manifestent-ils ?
 Le premier symptôme est, le plus souvent, une baisse voire une chute des résultats scolaires. Mais ce qui est le plus étrange, c'est qu'il arrive souvent aussi que les résultats soient en dents de scie : certains exercices sont correctement exécutés, d'autres entièrement faux. On pense alors à une fuite de l'attention, à un manque d'intérêt ou encore à un manque de maturité mais rarement on évoque une réelle incapacité de l'élève à résoudre la tâche proposée par manque d'un "outil de pensée"... Quand nous interrogeons les parents au cours d'une consultation psychopédagogique sur les réactions de leur enfant face à une tâche scolaire non réussie ce sont toujours les mêmes réponses que nous récoltons : au Cours Préparatoire : il ne réussit pas l'apprentissage de la lecture et de l'écriture, ne comprend pas les consignes... Au CM, il a du mal à comprendre les énoncés des problèmes et/ou les questions de compréhension de texte. Dans le secondaire, nous retrouvons l'incompréhension des consignes, des énoncés de problèmes et des questions de compréhension de texte.

C'est à ces enfants et à ces adolescents que notre démarche peut apporter une aide efficace.

QUE RECHERCHE-T-ON AU JUSTE ?

Il ne s'agit pas ici de déterminer un niveau d'intelligence ni même un niveau de développement cognitif mais de découvrir les manques "d'outils de pensée" dus aux aléas d'un développement intellectuel ou cognitif qui a pu être perturbé quelles qu'en soient les raisons. Nous utilisons pour cela :

  1. d'abord un test psychométrique qui nous permet de faire le point :
  • sur les capacités de raisonnement verbal et numérique utilisant d'une part la généralisation, la catégorisation, la conceptualisation, l'analyse et la synthèse d'autre part les possibilités de conserver une information en mémoire tout en la manipulant mentalement  ou en la réutilisant plus tardivement dans un autre contexte;
  • sur la mise en place et l'utilisation de la structuration spatio-temporelle;

       2. ensuite, pour les élèves en école maternelle et élémentaire, une série d'épreuves opératoires s'inscrivant dans la perspective piagétienne et permettant de vérifier :

a) la mise en place de divers invariants:

--- la conservation de la quantité qui doit être acquise à 7ans et constitue un indice du niveau des capacités d'apprentissage de la lecture;

--- la conservation de la substance  qui doit être acquise à 9 ans et constitue un indice du niveau d'abstraction nécéssaire à la réussite d'un CM1 puis d'un CM2. Elle constitue également les prémices de l'accession à la pensée formelle ou abstraite nécessaire à la poursuite du cursus secondaire.

b) la construction d'une image anticipatrice cinétique         

Les épreuves proposées sont très utiles pour le diagnostic d'une dyspraxie visuoconstructive: la translation d'un carré par rapport à un autre,  l'épreuve de la translation et de rotation des perles.

c) l'existence de dysfonctionnements cognitifs Nous utilisons pour cela les neufs épreuves du MoCa.

         3. enfin pour les élèves des collèges, les Epreuves des Opérations Logiques (EPL), des épreuves génétiques utilisant la pensée logique telle que la définit J. PIAGET et qui permettent de situer le niveau  de l'adolescent dans les trois vecteurs d'accession à la pensée abstraite :

la combinatoire : capacité à faire la liste exhaustive de toutes les associations, de toutes les permutations et de toutes les combinaisons possibles entre différents élémentsqu'il s'agisse de symboles, d'idées, d'hypothèses ou de propositions. Ceci permet de repérer l'ensemble des solutions possibles qui peuvent être envisagées au cours de la réalisation d'une tâche à partir duquel on pourra, en raisonnant, déduire une ou plusieurs conclusions;

les probabilités : une fois toutes les hypothèses envisagées grâce à la combinatoire, savoir rechercher la plus grande probabilité c'est à dire étudier une situation avec ses données arithmétiques et statistiques pour choisir l'évènement qui a le plus de chances de se réaliser;

la logique des propositions : savoir utiliser un mode de raisonnement complexe qui permet de résoudre des problèmes, des situations ou des énigmes à partir d'hypothèses qui seraient contôlées dans leur véracité par l'analyse de leur négation, de leur réciproque et de leur corrélation. C'est la mise en oeuvre des quatre transformations : identique, négation, réciproque et corrélation.

Qu'il s'agisse des élèves de l'école élémentaire ou des collèges, notre évaluation psychopédagogique met en évidence, dans une très grande majorité de cas, un dysfonctionnement cognitif dont la caractéristique générale est de révéler que certains "outils de pensée" intervenant dans les procédures de raisonnement ou dans la conceptualisation de l'espace/temps ne sont pas encore installés ou ne sont pas utilisés correctement.

 N'étant pas installés ou n'étant pas utilisés, ces "outils de pensée" indispensables à la réalisation de la tâche pédagogique proposée vont faire défaut à l'élève qui ne pourra pas réaliser ce qu'on lui demande. C'est ainsi qu'un élève dans une classe donnée pourra réussir toutes les tâches qui feront appel aux stratégies de pensée appliquées dans les classes précédentes. Par contre il se trouvera dépourvu devant une tâche qui exige un "nouvel outil de pensée" s'il ne l'a pas acquis dans le cadre de son développement cognitif en relation avec son environnement.

Chaque individu a son propre rythme de développement cognitif. Les exigences pédagogiques, programmes ou mode de résolution des tâches font appel dans chaque classe à un niveau de compétence cognitive en étroite corrélation avec les différentes étapes du développement cognitif. En reprenant la nomenclature de J. PIAGET, on peut faire le parallèle suivant :

-- au Cours Préparatoire l'enfant doit être entré dans le stade opératoire concret inférieur, niveau de la mise en place de l'invariance de la quantité et de l'accession à l'abstraction empirique;

-- au Cours Moyen 1 il doit atteindre le début du stade opératoire concret supérieur, celui de la mise en place de l'invariance de la matière et poursuivre cette évolution, jusqu'à la fin de la 6ème en accédant à l'abstraction réfléchissante;

 -- en 5ème, doivent apparaître les prémices de l'accession à la pensée formelle ou abstraite;

-- en 4ème, l'élève doit avoir atteint le premier stade de la pensée formelle.

Pour son entrée en seconde, l'adolescent doit avoir atteint le deuxième stade de la pensée formelle.

Notre évaluation psychopédagogiquenous permet de vérifier si le sujet a bien acquis le niveau cognitif exigé pour une scolarité sereine. Dans l'affirmative les difficultés rencontrées ne sont pas dépendantes des capacités intellectuelles et cognitives. Dans la négative, par contre, selon les lacunes observées, une aide à l'accession au niveau requis pour assurrer la mise en place des "outils de pensée"défaillants et leur utilisation peut s'avérer très utile.

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

02.06 | 11:53
Vous aimez cette page